8 astuces pour optimiser vos images en SEO

Avec les mises à jour d’algorithmes des moteurs de recherches comme Mobile first et les nouvelles technologies d’écran haute définition, les contenus visuels ne peuvent plus être ignorés pour un référencement naturel de qualité. Que ce soit pour une mise en avant d’un produit ou tout simplement une recherche d’image sur Google, les médias génèrent un trafic important. Pour vous aider dans cette démarche, voici 8 astuces pour optimiser vos images pour le SEO.

Les astuces pour optimiser votre SEO sur vos images

Vous souhaitez de meilleures positions dans les résultats de recherche et acquérir un trafic qualifié grâce à vos images ? Voici quelques conseils pour vous aider à améliorer votre SEO.

1# – Nommer les images avant de les téléverser : utiliser des titres simples (par exemple : la requête sur laquelle vous souhaitez être positionné) sans y ajouter de majuscule ou d’accent permettra à Google d’interpréter le contenu de votre média.

2# – Remplir votre balise « ALT » ou texte alternatif : ces données remplies fournissent aux robots des moteurs de recherches des informations précieuses concernant le contenu de votre média. Elles vous permettent ainsi d’apparaître dans les résultats de recherche images de Google par exemple. C’est l’occasion de positionner certains de vos mots-clés en lien avec votre média. De plus, si le navigateur n’arrivait pas à charger l’image, celle-ci serait remplacée par le contenu de cette balise. Avec la recherche vocale, il paraît aussi essentiel de privilégier ce texte pour être irréprochable, quelle que soit la recherche de l’utilisateur.

3# – Redimensionner et adapter le poids de votre image : La performance de votre site web est indéniablement reliée à sa vitesse de chargement qu’il s’agisse de l’évaluation des robots ou celle de l’UX. Une image moins lourde et redimensionnée correctement demandera moins de ressources au serveur pour s’afficher.

4# – Choisir le bon format d’images : Les formats les plus courants sont : JPEG, PNG et SVG. Ils présentent chacun des avantages et des inconvénients.

  • Le JPEG : étant le format le plus ancien (1994), il reste le plus fréquemment utilisé. Il convient parfaitement à l’affichage de photographies et il est pris en charge par quasiment tous les navigateurs. Il a l’avantage d’être compressible, mais cela entraîne une perte de détail lors de la mise à l’échelle. De plus, la transparence ne peut-être affichée.
  • Le PNG : il existe le PNG 8 et le PNG 24. Ils se distinguent respectivement par l’affichage de 256 et 16.7 millions de couleurs. Tout comme le format JPEG, il convient à une utilisation très polyvalente. De plus, il a la particularité de prendre compte de la transparence. Il est ainsi très utile pour les logos par exemple. Si la compression du PNG se fait sans perte, ce n’est pas le cas lors d’une mise à l’échelle.
  • Le SVG : ce format arrive en force sur le web avec une mise à l’échelle sans perte tout en affichant la transparence. Il est possible d’animer un fichier SVG via Javascript néanmoins son utilisation reste limitée aux logos et aux graphiques.

Sachez toutefois, que Google recommande maintenant l’utilisation des fichiers JPEG 2000 et JPEG XR pour optimiser la vitesse de chargement de votre page. Les formats continuent de se développer avec pour objectif : alléger la taille du fichier sans compromettre sa qualité.

5# – Soigner la sémantique autour de votre image : on le sait Google s’appuie sur le texte pour attribuer une position à un site. Une image intégrée dans un texte sans rapport avec celle-ci n’apparaitra pas comme pertinente aux yeux des moteurs de recherche. Si un média est positionné en dessous d’un titre, la référence en sera renforcée, s’il est intégré dans un texte, il doit tenir compte de la thématique du paragraphe dans lequel il se trouve. Sa position montre aux crawlers de Google, qu’elle vient apporter des données complémentaires au texte.

6# – Attention aux banques d’images : le duplicate content s’applique également aux images. Bien qu’il n’affecte que peu votre positionnement, le fait d’utiliser des images provenant des banques, ne vous permet pas de vous distinguer par rapport aux autres sites.

7# – Création d’un sitemap image : lorsque toutes les médias sont optimisés vous avez la possibilité de créer un sitemap spécifique afin de le soumettre à la Search Console de Google.

 8# – Évitez d’intégrer des cookies : les cookies sont utilisés pour conserver des données de sessions, néanmoins ils viennent ralentir la vitesse de chargement de votre image et entacher l’expérience utilisateur.

Les astuces indirectes pour optimiser vos images en SEO

1# – Remplir le titre des images après leur téléchargement. Pour répondre à des attentes UX,vous pouvez ajouter cet attribut dans votre page. Ainsi au survol, l’utilisateur verra apparaître le titre de votre image. Sachez toutefois qu’il n’y a aucun impact sur le SEO de votre média en répondant à ce critère.

2# –  Remplir la légende de l’image : de la même manière que le titre de votre image après téléchargement, une légende remplie ne constitue pas une plus-value directe pour votre SEO. Elle vient simplement renforcer l’expérience utilisateur.

3# – Étoffer la description de vos images : une description longue est utile pour les pages attachement. Même si elle n’est pas lue directement par les robots des moteurs de recherche, elle constitue un véritable levier SEO (portfolio…)

4# –  Remplir les données EXIF : ces renseignements portent sur la localisation, le type d’appareil photo, la date et l’auteur de la photographie. Ils peuvent être précisés à l’aide d’un logiciel et ne doivent pas être supprimés s’ils sont présents, car même si leur impact est moindre sur le SEO, les robots en tiennent compte notamment par rapport au duplicate content (informations sur l’auteur et localisation).

Les enjeux de l’optimisation d’images en SEO

Depuis l’arrivée de Google image en 2001, le SEO des images ne cesse de se développer. Il constitue un levier pour acquérir un trafic qualifié et Google image apparaît comme une nouvelle source de trafic pour un site. Le développement du trafic grâce à la recherche d’image devient ainsi un argument de vente pour les sites e-commerces tout comme pour un simple site vitrine. Les images optimisées viennent asseoir l’image de marque d’une entreprise et son sérieux.

D’autant plus que Google Lens sur smartphones Android et API Cloud Vision viennent développer le champ de possible de la recherche visuelle.

Les écrans de haute définition lancent de nouveaux défis à l’optimisation technique du SEO, car pour mettre en valeur une image sur un écran de cette performance il faudra multiplier la résolution entraînant donc un fichier plus volumineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close